Histoires

C’est encore meilleur au parc

Grâce à des programmes novateurs et créatifs, les arts, la nourriture et la thérapie en santé mentale font leur apparition dans les parcs urbains.

Yoga pour les Séniors, RownTree Mills - Toronto

Yoga pour les Séniors, RownTree Mills - Toronto

Rendez-vous dans un parc et prenez une respiration profonde. Vous vous sentez mieux? Vous n’êtes pas seul. La recherche a permis d’établir des liens étroits entre le fait de passer du temps dans la nature et une amélioration de la santé mentale. Un partenariat entre la Ville de Victoria et Human Nature Counselling s’appuie sur ce principe avec un programme appelé New Roots (Nouvelles racines).

Waterloo Park - Waterloo

Waterloo Park - Waterloo

Le programme emmène des jeunes dans les parcs urbains pour une thérapie axée sur la nature qui combat l’anxiété et les pensées négatives. Les participants se livrent à une variété d’activités individuelles et de groupe, comme la pleine conscience, la tenue d’un journal personnel, la randonnée et des jeux dans la nature. Le programme les aide « à ralentir le rythme, et à renouer avec leurs sens et le monde naturel », explique Katy Rose de Human Nature Counselling.

Le succès du programme est en grande partie dû au fait qu’il est offert dans les parcs de la ville, car, selon Mme Rose, les jeunes « veulent être là ». Les programmes de santé mentale sont généralement offerts à l’intérieur, ce qui peut rendre certaines personnes mal à l’aise. « Il est simplement beaucoup plus facile de bâtir une communauté en plein air », affirme Mme Rose. Elle ajoute que c’est également une occasion pour les jeunes de se sentir liés à leurs parcs locaux.

La Ville est un champion essentiel du programme. Elle aide à trouver du financement et à établir une liaison avec des parcs en particulier. Le programme est offert après les heures de classe à des jeunes du niveau intermédiaire et secondaire. En 2018, il était entièrement financé par Island Health.

Le personnel offre également aux jeunes des projets de services, comme la cueillette de lierre, qui est ensuite séché et tressé. Selon Mme Rose, l’utilisation de l’espèce envahissante comme métaphore permet de montrer aux jeunes comment des éléments en apparence négatifs peuvent être transformés en quelque chose de positif.

Shelley Brown, responsable des programmes de loisirs et de parcs à la Ville, est parmi les principaux défenseurs du programme. Elle a travaillé avec des élèves à un programme de restauration de prés et souligne que « les jeunes se sont rapidement passionnés pour les parcs et les espaces naturels ».

Mme Brown explique qu’une composante importante de son travail consiste à aider à trouver du financement pour veiller à ce que New Roots demeure gratuit. « Parce que ce programme est relativement nouveau et parce qu’il s’éloigne de l’idée que les gens se font généralement de la thérapie, nous voulions éliminer le plus d’obstacles possibles à son accès », affirme-t-elle.

Le rôle de la nature dans l’amélioration de la santé mentale est également au centre d’un autre partenariat, cette fois à Guelph. En effet, la Ville héberge un organisme de bienfaisance enregistré qui gère l’Enabling Garden (Jardin bienfaisant) du parc Riverside, un espace de jardin accessible qui offre des expériences thérapeutiques par l’entremise de l’horticulture.

« Le jardin thérapeutique offre une ambiance apaisante et engageante dans laquelle, aidés d’un hortithérapeute agréé, les gens peuvent tisser des liens dans leur communauté de façon créative et parler de leur vécu afin de favoriser leur bien-être et d’alléger leur souffrance », explique Anna Kroetsch, une hortithérapeute du jardin.

Le jardin a été conçu pour pouvoir accueillir tout le monde, peu importe l’âge ou les capacités. « Avec son sentier large, accessible et à l’éclairage doux ainsi que ses pancartes écrites en braille et ses plates-bandes surélevées, le jardin peut accueillir des gens qui ne pourraient peut-être pas avoir accès à la nature dans d’autres circonstances et leur permet de profiter confortablement des odeurs, des textures et des goûts du monde naturel, et ce, peu importe leurs capacités », affirme Mme Kroetsch.

Bâtir une communauté par les arts dans les parcs

Vancouver transforme des pavillons de parcs vides en centres névralgiques des arts et de la culture dans le cadre de son programme original appelé Fieldhouse Activation Program (Programme d’animation Fieldhouse).

Dans le cadre d’un partenariat d’entraide, la Ville associe des groupes communautaires à des pavillons de parcs vacants. Autrefois les suites des préposés à l’entretien, ces espaces sont offerts aux groupes gratuitement en échange de 350 heures d’animation communautaire.

Lancé en 2011, le programme est maintenant mis en œuvre dans 22 parcs et accepte les candidatures de groupes voués aux arts, au sport, à l’environnement, à l’alimentation locale ou à l’engagement social pour des résidences de trois ans.

Pour la résidence commençant en 2019, les programmes comprennent des projets d’alimentation autochtone, des activités intergénérationnelles, des camps de rock pour les filles, des échanges de semences, des ateliers de cinématographie écologique, et plus.

À Toronto, la Ville amorce la troisième année de son populaire programme Arts in the Parks (Les arts dans les parcs), dirigé par le Conseil des arts de Toronto. Comme l’a indiqué la directrice du Conseil Claire Hopkins dans un billet de blogue en 2018, l’idée est née du manque d’endroits pouvant accueillir les œuvres d’artistes à l’extérieur du centre-ville.

Elle a également remarqué que de nombreux artistes avaient du mal à obtenir des permis et des autorisations pour réaliser des activités dans les parcs. « L’argent des contribuables qui est versé aux organisations artistiques est censé servir à créer des œuvres, mais ces organisations sont obligées de consacrer la majorité de leurs fonds à l’obtention de permis et à la promotion d’événements publics gratuits », explique Mme Hopkinson.

Le programme ne vise surtout pas à parachuter les arts dans les quartiers. C’est pourquoi on insiste pour travailler avec des groupes communautaires locaux afin de s’assurer que les œuvres sont appropriées et adaptées aux quartiers.

En 2018, le programme a permis de tenir 282 événements dans 36 parcs aux quatre coins de la ville, et la majorité de ces événements se sont déroulés à l’extérieur du centre-ville. Une boîte à outils créée en 2019 fournit plus d’information à ceux qui voudraient créer des programmes semblables. Elle porte notamment sur le financement, les partenariats, les interventions dans la communauté et l’évaluation.

Artist in Residence (Artiste en résidence) est un programme à plus petite échelle mis en œuvre par la Ville de Waterloo. Ce programme qui s’inscrit dans le plan culturel de la Ville permet à « des artistes de travailler en partenariat avec la Ville pour offrir des projets d’art communautaires à tous les citoyens, peu importe leur âge, leurs capacités et leur expérience ». En 2018, le programme a présenté des œuvres des artistes Denise St Marie et Timothy Walker dans le parc Waterloo. Les œuvres comprenaient des promenades de mots, des activités narratives et des chasses au trésor.

Aider les gens à brrrraver le froid

Avouons-le, le Canada est un pays hivernal. Ces initiatives aident les résidents à s’emmitonner et à sortir dans les parcs pendant le mois les plus froids de l’année.

Il va sans dire que l’image du Canada en tant que pays froid et glacé en permanence est un mythe. Mais personne ne peut nier que pendant de longs mois, nos villes sont des endroits frisquets et recouverts de neige.

Certaines villes canadiennes embrassent leur côté hivernal, allant même jusqu’à célébrer cette saison comme la période idéale pour sortir à l’extérieur et profiter des parcs plutôt que de s’encabaner avec une tasse de thé.

Edmonton mène le peloton avec sa WinterCity Strategy (Stratégie de ville hivernale) et l’organisation de son congrès inaugural Winter Cities Shake-Up (Réveil des villes hivernales) en 2017. Saskatoon, qui a accueilli le Winter Cities Shake-Up en 2019 travaille à sa propre WintercityXYE Strategy.

Edmonton dirige une variété de programmes hivernaux, comme la raquette et les pique-niques hivernaux, et en fait activement la promotion pour faire sortir les gens dehors. Dans un sondage récent mené par la Ville, 44 % des résidents ont affirmé avoir une image plus positive de l’hiver depuis que le programme a commencé.

Dans le cadre d’un projet pilote mené en 2017, la Ville a également étendu son Green Shack Program (Programme de cabanes vertes) existant afin qu’il soit offert toute l’année. Dans le cadre de ce programme, le personnel de la Ville contribue à la programmation des parcs en distribuant des équipements récréatifs qui sont rangés des cabanes vertes. Le projet pilote de 120 000 $ comprenait huit cabanes vertes qui ont fait la tournée des parcs de septembre à juin. Le volet hivernal du programme a attiré autant de participants que son pendant estival.

Mais Edmonton n’est pas la seule à s’amuser dans la neige.

Montréal est une autre ville canadienne qui embrasse l’hiver de façon créative. En janvier de 2018, un groupe de collaborateurs, dont La Pépinière Espaces Collectifs, Rues principales et Vivre en Ville, ont lancé le Laboratoire de l’hiver. Le projet vise à reconquérir l’hiver au moyen d’activités amusantes, à commencer par la publication d’un guide pour des espaces publics hivernaux actifs.

Toronto peut se vanter d’offrir le plus grand réseau de patinoires extérieures artificielles au monde. Dernièrement, la Ville a travaillé avec l’organisation montréalaise La Pépiniére afin de lancer son Rink Social Program (Programme de patinoires sociales). Dans le cadre du programme, on a animé et agrémenté les patinoires extérieures au moyen de foyers, de nourriture et de boissons, d’espaces de rassemblement et d’un service de prêt de patins. La Ville anime également des séances de formation pour les résidents qui veulent créer des patinoires naturelles dans les parcs en plus de leur offrir une fiche-conseil pratique.

Halifax et Charlottetown ont toutes deux trouvé des façons créatives de faire sortir les gens dehors et de les faire bouger à l’hiver.

L’Emera Oval d’Halifax est l’une des plus grandes patinoires au Canada, et c’est le lieu de soirées cinémas et de soirées DJ. On y trouve également des abris conçus par des artistes et permettant aux gens de se réchauffer. En février de chaque année, Charlottetown accueille WinterlovePEI (Amour hivernal Î-.P-E.), un événement mis sur pied par une organisation communautaire qui fait la promotion d’activités adaptées au froid, comme le yoga hivernal.